La réforme des retraites : les avocats sont-ils perdants ou gagnants dans le Médoc ?

La réforme des retraites : les avocats sont-ils perdants ou gagnants dans le Médoc ?

S’il y a une réforme qui fait rage aujourd’hui au sein du corps des avocats en France, c’est bien la réforme des retraites. Mais la question que de nombreuses personnes se posent c’est si ces derniers ne se battent pas contre une réforme, qui enfin de compte, leur serait bénéfique. Selon une étude commandée par le Conseil national des barreaux et réalisée par le cabinet d’audit et de conseil Ernst & Young — EY, en la date du 9 décembre 2020, on constate un double flux. Tout d’abord, on a évidemment une hausse des cotisations qui est entrainée par la réforme, puis on constate ensuite une augmentation notable des pensions pour les avocats.

Une réforme qui coûte cher aux avocats

À la lecture de l’étude du cabinet EY, on constate que les cotisations connaitraient une hausse entre 2025 et 2045, qui va un peu plus au-delà de 6,5 points, passant ainsi de 21,6 % à 28,12 % du taux de cotisation du régime universel. Moins forte que l’auraient espéré les avocats, cette augmentation des cotisations serait accompagnée d’une augmentation des montants des pensions de l’ordre de 20 %. De cette étude, le cabinet EY ne voit pas un écart significatif entre ses calculs et les estimations que présente le Haut-commissariat aux retraités, que dirige Laurent Pietraszewski.

Pour faire simple, un avocat qui gagne 43 000 euros au début de sa carrière en 2025 va voir sa cotisation d’avocat retraite, évoluer significativement de 6700 euros à 8200 euros, durant la même année. Ce montant connaitra encore d’évolution au fur et à mesure qu’évoluera son taux de cotisation et pourrait se retrouver à 13 800 euros à l’année 2045. C’est d’ailleurs pour cette raison que les avocats préfèrent conserver leurs régimes, qu’eux-mêmes étaient en train d’administrer, et dont ils affirment être largement bénéficiaires.

Ces derniers se sentent punis, alors qu’ils géraient bien leurs régimes, du fait qu’actuellement pour un retraité, 4,3 avocats sont actifs, avec plus de deux milliards d’euros de réserves.

Les avantages de cette réforme des retraites

L’augmentation des cotisations qu’impose la nouvelle réforme des retraites, pourrait être compensée par la baisse globale des cotisations grâce à la réforme de l’assiette de cotisation des indépendants. Cette réforme est une proposition toute récente du pouvoir exécutif qui prendrait la forme d’un abattement à hauteur de 33 %, appliqué sur l’assiette des revenus bruts des avocats, dans le but d’amortir la hausse des prélèvements et sauvegarder le portefeuille des professionnels.

En outre, sur le long terme, les pensions pourraient également connaitre des augmentations. Par exemple en 2068, un avocat qui aurait bien contribué au régime pourrait percevoir 3200 euros, contre les 2700 euros qui se perçoivent dans le système actuel. Les professionnels pourraient aussi, bénéficier de la revalorisation de la valeur du point en fonction de leurs salaires, et non de l’inflation.

Les commentaires sont clos.